Je suis vraiment nul

J’avais l’impression de ne jamais rien faire correctement. J’en faisais toujours trop ou pas assez. Quand je sortais d’une réunion ou d’une discussion, je me disais toujours :
« Pourquoi ai-je dit ça ? Je n’aurais pas dû, que vont-ils penser de moi ? J’aurais mieux fait de me taire. »
Cette petite voix insidieuse dans ma tête me disait toujours : « Il fait ça mieux que moi. » « Moi, je n’en suis pas capable. » « Je suis vraiment nul. »
Alors il y a plein de choses que je n’osais plus faire. Je n’osais plus sortir, voir des gens, proposer des projets, engager une discussion, …
Pour lutter contre cela, les Dépressifs Anonymes m’ont appris à planifier des actions simples et réalisables dans ma journée. Comme cela à la fin de la journée, j’ai au moins la satisfaction d’avoir accompli ces actions.